Roland Oudot est élève à l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs (où il sera plus tard lui-même enseignant), de 1912 à 1915.

Il devient en 1915 l’assistant de Léon Bakst pour les Ballets Russes (jusqu’à la mort de ce dernier en 1923), et c’est Bakst qui lui révèle la peinture de Cézanne, Bonnard et Vuillard, les deux premiers appelés à exercer sur lui une influence durable. Il en gardera mémoire tout au long de sa carrière. Simultanément cependant, il est en 1919-1920 designer en meubles et en tissus.

Influencé par la modernité picturale du début du xxe siècle, des fauves et des cubistes en particulier, son œuvre évolue vers un style empreint de la tradition française du paysage, marquée par la figure de Corot.

Roland Oudot fait partie du groupe des peintres de la réalité poétique. Les peintres de la réalité poétique sont initialement, en 1935, le nom sous lequel sont groupés les amis du trio Maurice Brianchon, Raymond Legueult, Roland Oudot. Vont s’y adjoindre rapidement Constantin Terechkovitch, puis Jules Cavaillès. Ultérieurement Gisèle d’Assailly y ajoutera Christian Caillard, Roger Limouse et André Planson, jusqu’à former ce groupe informel de huit peintres dont elle parlera dans son livre édité en 1947. Ces artistes ont en commun, outre l’amitié qui les lie, de véhiculer une vision optimiste de l’univers au travers de leur peinture.

Il ne s’arrête pas seulement à l’exercice de la peinture. Il pratique en parallèle la lithographie, réalise des tapisseries et s’intéresse de près aux arts de scènes et à la décoration. Connu surtout en tant que peintre, ses peintures réalistes réalisées tout au long de sa carrière sont particulièrement appréciées.